#jaimemonlibraire | 10 juin 2018

Cette semaine a encore été riche en découvertes et j’ai pu faire quelques amplettes bien méritées (il n’y a pas de raison particulière, il faut juste s’en convaincre). Les achats ont notamment rassemblé des prix littéraires, des rééditions et des nouveautés.

 

  • La Salle de bal de Anna Hope, paru aux éditions Gallimard (collection Du monde entier) en août 2017, Grand prix des lectrices de Elle 2018 :

A19803« Lors de l’hiver 1911, l’asile d’aliénés de Sharston, dans le Yorkshire, accueille une nouvelle pensionnaire : Ella, qui a brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaillait depuis l’enfance. Si elle espère d’abord être rapidement libérée, elle finit par s’habituer à la routine de l’institution. Hommes et femmes travaillent et vivent chacun de leur côté : les hommes cultivent la terre tandis que les femmes accomplissent leurs tâches à l’intérieur. Ils sont néanmoins réunis chaque vendredi dans une somptueuse salle de bal. Ella y retrouvera John, un mélancolique irlandais. Tous deux danseront, toujours plus fébriles et plus épris.

À la tête de l’orchestre, le docteur Fuller observe ses patients valser. Séduit par l’eugénisme et par le projet de loi sur le Contrôle des faibles d’esprit, Fuller a de grands projets pour guérir les malades. Projets qui pourraient avoir des conséquences désastreuses pour Ella et John.

Après Le chagrin des vivants, Anna Hope parvient de nouveau à transformer une réalité historique méconnue en un roman subtil et puissant, entraînant le lecteur dans une ronde passionnée et dangereuse. »

 

  • Mauvais genre de Chloé Cruchaudet paru aux éditions Delcourt (collection Mirages) en septembre 2013 et réédité avec un livret inédit de 32 pages :

mauvais-genre« Paul et Louise s’aiment, Paul et Louise se marient, mais la Première Guerre mondiale éclate et les sépare. Paul, qui veut à tout prix échapper à l’enfer des tranchées, devient déserteur et retrouve Louise à Paris. Il est sain et sauf, mais condamné à rester caché. Pour mettre fin à sa clandestinité, Paul imagine alors une solution : changer d’identité, se travestir. Désormais il sera… Suzanne. [D’après l’essai La Garçonne et l’Assassin, éditions Payot]

2014 : Mauvais Genre de Chloé Cruchaudet – Prix du public Cultura du Festival d’Angoulême, Grand Prix de la Critique ACBD, prix du magazine Lire de la Meilleure bande dessinée et le prix Landernau BD »

 

  • Comment tu parles de ton père de Joann Sfar, paru aux éditions du Livre de Poche le 6 juin :

9782253074144-001-T.jpeg« Je vous signale que papa est né l’année où tonton Dolphi est devenu chancelier : 1933. C’est l’année où pour la première fois on a découvert le monstre du Loch Ness. C’est l’année, enfin, où sortait King Kong sur les écrans. Mon père, c’est pas rien.

Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir un père comme André Sfar.

Ce livre pudique, émouvant et très personnel, est le kaddish de Joann Sfar pour son père disparu. Entre rire et larmes. »

 

  • Aspirine de Joann Sfar, paru aux éditions Rue de Sèvres le 6 juin :

couv_aspirine« Aspirine, étudiante en philosophie à la Sorbonne a la rage, elle ne supporte plus de revivre sans cesse les mêmes épisodes de sa vie pourrie. Et ça fait 300 ans que ça dure car Aspirine est vampire, coincée dans son état d’adolescente de 17 ans. Elle partage un appartement avec sa soeur Josacine, heureuse et sublime jeune femme de 23 ans, qui elle au moins, a eu l’avantage de devenir vampire au bon âge. En perpétuelle crise d’adolescence, elle passe ses nerfs sur son prof, sa soeur et tous les hommes relous qui croisent sa route. Assoiffée de sang, elle n’hésite pas à les dévorer (au sens propre) ou les dépecer. C’est même devenu un rituel avec les amants que sa jolie grande soeur collectionne. Malgré tout, elle attise la curiosité d’Ydgor ado attardé, un étudiant de type no-life : vaguement gothique, légèrement bigleux et mal peigné… avec comme kiff dans la vie, le fantastique et la légende de Cthulhu… Il rêve de vivre un truc magique, d’un destin exceptionnel et a compris qu’Aspirine est une vampire. Pour acquérir le privilège de pouvoir l’accompagner, il s’engage à garder le secret et à devenir son serviteur… son esclave. Parviendra-t-il à gagner sa confiance voire même son amitié ? Arrivera-t-il à la calmer de ses pulsions mortifères ? Au final, lequel sera le plus enragé des deux ? »

 

  • Dans la forêt de Jean Hegland, paru aux éditions Gallmeister (collection Totem) le 7 juin :

6444-cover-forest-5ab38a08eb6f7« Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours présentes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, remplie d’inépuisables richesses.

Véritable choc littéraire aux États-Unis, best-seller mondial, un roman d’apprentissage sensuel et puissant. »

 

  • Procès du grille-pain et autres objets qui nous tapent sur les nerfs de Charles Haquet et Bernard Lalanne, paru aux éditions Gallimard (collection Folio) en avril 2016 :

lalanne_proces-grille-pain.indd« Charles Haquet et Bernard Lalanne passent en revue 50 objets usuels et nous démontrent, cas pratiques à l’appui, le bien-fondé de ce livre cocasse et décalé.

En cet âge orwellien, où l’on annonce pour demain 80 milliards d’objets connectés, il est certes anachronique d’avoir encore à lutter contre un parapluie ombrageux ou une boîte de sardines récalcitrante. Mais d’un autre côté, c’est plutôt rassurant. Au détour de l’inévitable rideau de douche qui colle à la peau, on apprendra comment Hitchcock s’y est pris pour traumatiser des générations entières de spectateurs. Le composteur à billets, les chaînes à neige, le GPS, la housse de couette… Ils n’ont pas fini de nous en faire baver. »

 

Et vous, quelles sont vos nouvelles trouvailles ?

9 commentaires

  1. Hello ! J’ai adoré Mauvais Genre, bien que certaines planches soient assez trash… à ne pas laisser entre toutes les mains 😉 et Le procès du grille pain est très drôle, et trop souvent je me suis dit, c’est exactement ça. Donc je suis pas la seule à qui ça arrive 😂😂😂
    De bien belles lectures en perspective…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ces précisions, elles risquent de m’être utiles ! 🙂 Et cela me donne encore plus envie de me lancer dans « Le procès du grille pain » ! 😀

      Je te souhaite de très belles lectures également ! 😉

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s