👁 « Reporter : Bloody Sunday » de Renaud Garreta, Laurent Granier et Gontran Toussaint (Dargaud, 2016)

Premier tome de la série Reporter son sous-titre est Alabama 1965 : une marche pour la liberté. Je souhaitais terminer cette série thématique (je suis encore à peu près dans les temps) avec cet ouvrage car la marche continue.


Quatrième de couverture : « Le principe de Reporter est simple : nous suivons un jeune journaliste français qui, envoyé aux quatre coins du monde, vit en direct des événements qui ont marqué l’histoire contemporaine.

Dans ce premier tome, il est envoyé aux États-Unis en 1965 pour faire un reportage sur les mouvements des droits civiques des Afro-Américains.

Il sera amené à suivre les marches de Selma et assistera à l’assassinat de Malcom X. »


Le point fort de cette bande-dessinée c’est son ambiance et son rythme, indéniablement. On suit un journaliste qui va couvrir des événements liés à la lutte pour les droits civiques. À partir de cela, nous allons vivre des marches, des rencontres, des assassinats, des poursuites, des actions du FBI moins connues.

Le dessin m’a un peu déçue car je trouve la couverture magnifique et une fois ouverte, le style est un peu trop classique à mon goût, très représentatif.

Fort de nombreuses références et d’un scénario extrêmement efficace, le personnage principal m’a cependant laissée un peu de marbre, trop direct et sans vraiment l’épaisseur que j’aime et que je recherche. Son esprit de lutte pour des convictions humanistes, au prix parfois de quelques coups, m’a malgré tout plu : on ne peut parfois assumer ses idées sans être blessé.

Je trouve que cette bande-dessinée est une bonne conclusion de mes lectures, avec des personnages aux positionnements multiples, du suprématisme blanc à l’abnégation, en passant par l’un des visages du racisme qui m’inquiète le plus, l’ordinaire, qui ne se pose pas de questions et laisse faire, avec des propos insultants qui reflètent la mentalité majoritaire de la société américaine (notamment) de l’époque.

Une jolie découverte que je recommande, qui est suivie d’un deuxième volume sur Che Guevara pour ceux qui seraient intéressés par ce sujet aussi.

En savoir plus

Ce thème m’a permis d’apprendre beaucoup, de me rappeler l’importance des enjeux, de me confronter à la réalité qui n’est toujours pas très très jolie, de me recueillir aussi. Car notre histoire et notre avenir nous l’écrivons aussi au regard de nos morts.

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s