« Agnès : les mystères de Planctonville » de Kati Narhi (Jungle, 2017)

« Agnès : les mystères de Planctonville » de Kati Narhi (Jungle, 2017)

Je suis une piètre lectrice de romans graphiques mais le visage débordant de joie de vivre de l’héroïne m’a tout de suite plu ! Immédiatement, je me suis retrouvée avec des images à la Tim Burton et à la Billy Brouillard (ouh que c’est loin dans ma mémoire), de quoi susciter un intérêt soudainement tenace. Regardons de plus près ce premier tome (sur trois annoncés) réalisé par une auteure finlandaise, ce qui a fini de me convaincre.


Quatrième de couverture : « Agnès est orpheline et n’a pas la langue dans sa poche. Ses parents, deux archéologues, ayant mystérieusement disparu dans les catacombes de Paris, elle a été recueillie par sa grand-mère un peu fofolle. Mais Agnès ne se satisfait pas des explications données par les adultes et se met en quête de la vérité sur cette disparition inexpliquée.

Ce premier tome est un recueil de petites scènes de la vie quotidienne d’Agnès : on fait connaissance avec sa grand-mère, sa copine qui vient d’une famille bourgeoise, on la suit dans son stage en entreprise dans un endroit incongru, à savoir dans une boutique de lingerie fine etc. »


J’ai regardé les avis avant de me lancer dans la lecture et je mentirai si je ne révélais pas leurs contenus partagés. Lecteurs moyennement convaincus, à moi de me faire mon propre avis !

J’ai passé un moment très agréable et la psychologie lugubre et renfrognée de l’héroïne, Agnès, ne m’a pas posé problème, au contraire, elle m’a bien fait sourire. Elle ose tout, porte un regard singulier sur les choses, cherche des réponses sur ses parents disparus et sur elle-même. Son regard sur les gens qui l’entourent est pinçant et, personnellement, ça m’a amusée. On se trouve face à un mélange entre le désenchantement adolescent et quelques rayons de soleil offerts par l’amitié et des découvertes familiales.

Si vous ne le savez pas encore je vous le dis, j’adore les nouvelles. Alors une bande-dessinée qui en plus est conçue avec la même logique de courts récits, de scénettes, j’ai juste été sous le charme !

Nous ne sommes pas au coup de cœur mais il s’en est fallu de peu. Ce premier volume a le mérite de me rendre très vigilante quant à la parution des deux suivants, pour aller un peu plus loin dans le lugubre (mais pas glauque non plus) et les histoires tordues. Mention spéciale au coup de crayon que j’ai adoré, presque naïf mais réel rouage de l’ambiance. À suivre, de près en ce qui me concerne.

Pour en savoir plus

Et vous, une découverte hors zone de confort à conseiller ?

Commentaires

One comment on “« Agnès : les mystères de Planctonville » de Kati Narhi (Jungle, 2017)”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s